La mode du hijab par les marques est-elle une bonne chose ?

Je vais essayer ici d'être neutre et assez factuelle. Ce texte est largement inspiré d'un article posté dans 'The telegraph' sur lequel j'apporte aussi ma vision de ce tournant naissant de la mode.

On ne revient pas sur la campagne H&M qui est à la fois un excellent coup de pub pour cette marque qui a du mal à séduire les jeunes générations et qui a été très mis en avant pour le peu réalisé finalement (deux secondes d'une femme voilée dans un spot publicitaire et très peu de modèles proposés) mais sur le mouvement général des 'créateurs' de tendance occidentaux qui s'approprient le hijab avec des codes qui leurs sont propres. Avez-vous déjà pensé à avoir un hijab réservé à la pratique sportive ? Non, et bien House of Fraser l'a fait.

Le marketing

Les femmes musulmanes peuvent depuis toujours se procurer un hijab dans leur quartier ou sur internet. Par contre, il est vrai que l'on ne trouve pas, en 2016, de voile dans les boutiques des centres commerciaux. Pourtant de plus en plus de femmes françaises désirent porter le voile, cette contradiction s'appelle la loi de l'offre et de la demande dans le monde capitaliste. Il y aurait un marché de 224 milliards de dollar à prendre autour de la mode islamique d'après une étude commissionnée par la ville de Dubai et auquel l'ifdcouncil a participé activement. Alors bien évidemment, les créateurs comme Tabinda-Kauser Ishaq s'associent aux marques pour amplifier le mouvement de démocratisation et de banalisation du hijab.

Avec plus de modèles disponibles au plus grand nombre, le choix et la qualité des voiles islamiques devraient être grandement améliorés. On pourrait 'enfin' allier la mode avec l'habit traditionnel et oublier les voiles si communs que nous connaissons. Attention à ne pas tout confondre. Le foulard fashion n'est pas un hijab au sens religieux, la pudeur et la modestie seraient-elles oubliées ? Le terme hijab devrait aussi l'être à mon avis, on s'en porterait tous mieux, qu'en pensez-vous ?

Le consumérisme

Acheter un voile cher et fashion et le porter est certainement un meilleur engagement que de ne pas en porter, bien évidement même si cela est contestable d'un point de vue modestie. Cela peut être une aide, un premier pas pour assumer à devenir hijabi qu'il serait dommage de mettre de côté.
La limite entre le droit d'être belle et correctement habillée et le fait d'acheter plus d'habits que nécessaire et d'être jugé sur son apparat est la différence qui divise la communauté car la limite est assez floue. L'interprétation est d'autant plus délicate que les firmes qui sont en train de s'emparer du hijad par la biais de la mode sont très à l'écoute de la femme musulmane moderne qui est elle-même en plein questionnement sur le sujet. Les pas se font donc petit à petit mais ils se feront quoi qu'il arrive aux vues des enjeux économiques mis en jeu.

Si l'on peut penser que le voile devienne un objet de mode générique comme le foulard autour du cou ou le chapeau sur la tête, ne va-t-il pas perdre de son symbolisme ? C'est une question que chaque musulmane doit se poser. L'évolution est-elle souhaitée ou imposée par la société de la sur-consommation ?

Une conclusion difficile

Entre avoir plus de choix et plus facilité à porter le hijab, moins supporter le regard des autres et voir l'occident s'approprier un symbole religieux qui banalisera le spiritisme du port, il y a de quoi être divisée. C'est une réflexion que chacune peut avoir principalement par pudeur, pour montrer votre appartenance religieuse, pour ne pas être sexuellement agressé, pour suivre les mots de dieu ou pour être à la mode ?
Vos avis m'intéressent.

Partagez cette page

On s'en parle ? : salima(@)victory89.com

Facebook Twitter Google